Communiqués de presse - Corporate


Paris-La Défense, 21 février 2003

Résumé de la Conférence de presse de M. Valot, Président du Directoire de Technip-Coflexip

Dans une année difficile pour l’ensemble de son secteur d’activité, Technip-Coflexip a montré une bonne capacité de résistance en réalisant en 2002 un chiffre d’affaires de 4,452 milliards d’euros, pour un résultat opérationnel avant amortissement des immobilisations et du goodwill (EBITDA) de 348 millions d’euros, soit un ratio d’EBITDA sur chiffre d’affaires de 8% (à conditions comparables) contre 9,1%.

Dans un environnement perturbé par les évènements du 11 septembre 2001, leur impact prolongé sur les décisions d’investissement, les fluctuations de change et le maintien d’une forte pression concurrentielle, le Groupe a gagné d’importants contrats portant ainsi son backlog à 5,8 milliards d’euros au 31 décembre 2002 (+ 17% par rapport au 31/12/01), ce qui représente près de 16 mois de chiffre d’affaires.

L’évolution a été la suivante dans les différentes branches d’activité.

En 2002, la Branche Offshore (47% du CA) a généré 62% du résultat opérationnel après amortissement des immobilisations et avant goodwill (EBITA). Si la fabrication et l’installation de conduites sous-marines « SURF » (Subsea Umbilicals Risers Flowlines) a continué de progresser, l’activité plates-formes (Floaters) a sensiblement baissé en termes de backlog faute d’opportunités attractives. Au total l’offshore a représenté un peu plus de 30% à la fois des prises de commandes du Groupe en 2002 et du backlog au 31/12/02. Le Groupe a remporté des contrats importants dans le SURF, notamment un projet de 165 millions d’euros au Canada ainsi que plusieurs projets en Afrique de l’Ouest. L’activité Floaters est restée soutenue dans le Golfe du Mexique grâce à la fabrication en cours de plusieurs plates-formes de type Spar et l’attribution d’un contrat fin 2002 pour une nouvelle application développée par le Groupe, la Cell Spar. Dans le domaine des plates-formes fixes en eau peu profonde, Technip-Coflexip a mené à bien un contrat clé en main de 600 millions de dollars pour le développement du champ de gaz de Cakerawala (CTOC) en Malaisie/Thaïlande, et poursuit la construction de la plate-forme d’Amenam au Nigeria.

Dans les activités « Onshore et Downstream » (44% du CA), le ralentissement des prises de commandes en 2000-2001 s’est traduit par une baisse du chiffre d’affaires et des résultats. En revanche, en 2002 les prises de commandes se sont fortement redressées et ont contribué à la croissance du backlog du Groupe. Technip-Coflexip a notamment remporté et mis en vigueur plusieurs grands projets au Moyen-Orient (raffinerie à Abu Dhabi, complexe gazier en Arabie Saoudite, complexe d’engrais à Oman et vapocraqueur en Iran) auxquels est venu s’ajouter, au début de l’année 2003, un projet de 675 millions de dollars au Qatar pour le premier projet mondial de GTL de grande capacité. Le Groupe s’est vu également confier les trains 4 et 5 du complexe de liquéfaction de gaz naturel au Nigeria ainsi que plusieurs contrats significatifs en Chine dans le domaine de la pétrochimie. Ces nouveaux projets, qui sont pour la plupart encore en phase d’ingénierie, vont monter en puissance à partir du deuxième semestre 2003 et devraient contribuer à faire croître le chiffre d’affaires et les résultats de façon significative au deuxième semestre 2003 et plus fortement en 2004.

La Branche Industries (9% du CA) a réalisé une bonne année 2002, avec un backlog et un EBITDA en sensible progression. Elle a renouvelé son carnet de commandes dans le secteur des sciences de la vie principalement en Europe ainsi qu’en chimie (Europe et Chine). De plus, elle a obtenu au début de l’année 2003, dans le cadre d’une association 50/50, un projet de 600 millions de dollars concernant une usine d’aluminium pour Pechiney en Afrique du Sud.

Technip-Coflexip est bien positionné sur deux marchés qui constituent ses principaux axes de développement pour les années à venir : l’offshore profond où il est bien placé pour remporter prochainement de grands projets intégrés et le gaz naturel (traitement et pipelines terrestres, GNL et GTL où il est en pôle position avec le récent contrat au Qatar). Disposant de l’expertise nécessaire, il est également en mesure de prendre une part de marché significative dans d’autres secteurs en croissance (hydrogène, éthylène, polyoléfines, PTA, chimie, électricité), notamment dans les régions disposant de ressources de gaz naturel abondantes à faible coût (Moyen-Orient, Afrique de l’Ouest, Russie) ou dans des pays en fort développement comme la Chine.

Afin de rationaliser son organisation et d’abaisser ses coûts de fonctionnement, Technip-Coflexip s’est engagé dans un plan de développement pour la période 2003-2005 : regroupement des effectifs parisiens sur un seul site, fusion de Technip-Coflexip avec Coflexip, simplification du mode d’administration du Groupe, cessions d’actifs non stratégiques, réductions des coûts et synergies dans divers domaines comme les achats, l’informatique et les frais généraux.

Malgré les incertitudes qui planent aujourd’hui sur la situation au Moyen-Orient, l’évolution des parités de change et la pression concurrentielle, Technip-Coflexip devrait voir à nouveau son chiffre d’affaires et son résultat progresser à partir du deuxième semestre 2003, avec pour objectif une progression de 5% du Chiffre d’affaires pour l’année, une croissance deux fois plus rapide de l’EBITA et trois fois plus rapide du résultat net par action (avant amortissement des survaleurs).

Un an après la création du nouveau Groupe, disposant à la fois d’un backlog élevé de qualité et d’une structure financière renforcée, Technip-Coflexip aborde un nouveau cycle de croissance, qui devrait se matérialiser à plein au cours de 2004 et 2005.

 

Avec un effectif de 18 000 personnes, Technip-Coflexip se classe parmi les 5 leaders mondiaux de l’ingénierie, de la construction et des services dans les domaines du pétrole et de la pétrochimie. Le Groupe a son siège social à Paris. Il est coté à Paris (Euronext : 13170) et à New York (NYSE : TKP). Les principaux centres d’ingénierie de Technip-Coflexip sont situés en France, Italie, Allemagne, Royaume-Uni, Norvège, Finlande, Pays-Bas, Etats-Unis, Brésil, Abu-Dhabi, Chine, Inde, Malaisie et Australie. Le Groupe possède des installations industrielles et de construction de premier plan en France, Brésil, Royaume-Uni, aux Etats-Unis et en Finlande, ainsi qu’une flotte de navires de construction offshore de classe internationale.

 

Contact Presse Technip-Coflexip

Sylvie Hallemans : Tél . +33 (0) 1 47 78 34 85 Fax : +33 (0) 1 47 78 24 33 shallemans@technip.com

 

Contacts Analystes et Investisseurs Technip-Coflexip

Christopher Welton : Tél. +33 (0) 1 47 78 66 74 Fax : +33 (0) 1 47 78 67 58 cwelton@technip.com

David-Alexandre Guez : Tél. +33 (0) 1 47.78.27.85 Fax : +33 (0) 1 47 78 67 58 daguez@technip.com