Communiqués de presse - Résultats


Paris, 29 juillet 2004

Résumé de la Conférence de presse de M. Valot, Président Directeur Général de Technip sur les résultats du premier semestre 2004

Les résultats

Les résultats du 1er semestre 2004 sont marqués par la progression du résultat net, après amortissement des survaleurs, qui redevient bénéficiaire pour la première fois depuis 2002. En ligne avec les objectifs précédemment annoncés, la rentabilité du Groupe s’est accrue par rapport au 1er semestre 2003, avec un résultat opérationnel de 121 millions d’euros en hausse de 25 %, et un résultat net avant amortissement des survaleurs, en hausse de 81 % à 67 millions d’euros, reflétant les progrès continus réalisés dans la maîtrise des coûts et la gestion des risques. On note en particulier une progression de 42 % du résultat opérationnel de la branche Onshore-Downstream et de 120 % des activités SURF (pose de pipelines sous-marins).

Cette progression des résultats va de pair avec une très forte amélioration de la trésorerie du Groupe. En effet, la dette nette, qui atteignait 679 millions d’euros en juin 2003, a été ramenée à 192 millions d’euros au 30 juin 2004. En conséquence, le ratio d’endettement consolidé (gearing) du Groupe, qui était de 35,3 % en 2003, se trouve ramené à 10,3 %. Le produit de l’émission obligataire réalisée au 2ème trimestre (soit 650 millions d’euros) a été affecté à des placements de trésorerie et n’a pas d’impact sur la variation de l’endettement net.

Les faits marquants

Au 30 juin 2004, le backlog atteint 6,3 milliards d’euros procurant un bon niveau de visibilité à 15,1 mois de chiffre d’affaires. Pour la première fois, l’Afrique devient le premier marché de Technip (29 % du backlog total) devançant ainsi le Moyen-Orient (26 % du backlog total). En outre, la part des contrats Offshore dans le backlog total continue sa progression : elle atteint 45 % au 30 juin 2004 (contre 41 % un an plus tôt et 34 % deux ans plus tôt).

L’attribution de nouveaux contrats se trouve ralentie en raison des incertitudes géopolitiques, de la hausse des matières premières et de la complexité accrue du processus de décision résultant de la taille croissante des projets. Les prises de commandes de la période ont représenté 106 % du chiffre d’affaires de la branche Offshore et 52 % de celui de la branche Onshore-Downstream, où l’essentiel des prises de commandes est attendu au cours des 12 prochains mois.

Le taux de marge opérationnelle du Groupe progresse à 4,8 % (4,5 % pour la même période en 2003) malgré l’augmentation du prix des matières premières dont l’impact est évalué pour 2004 à 0,6 % de nos coûts. Les marges sont en forte amélioration, dans les activités SURF passant de 5,6 % à 8,9 %. Le taux de marge des activités plates-formes ressort à 1,5 % (7,2 % au 1er semestre 2003), en raison de l’extension à ce secteur de la méthode de reconnaissance progressive des marges pratiquées par le Groupe dans ses autres activités. Dans la branche Onshore-Downstream, le taux de marge atteint 4,2 % (3,5 % pour la même période en 2003), en ligne avec l’avancement des contrats en cours d’exécution.

Les principales tendances du marché

Le prix soutenu du baril, la baisse des productions conventionnelles d’hydrocarbures, la forte demande de gaz aux Etats-Unis alliée à une production domestique qui ne cesse de décliner, sont autant de facteurs favorables pour les développements des champs pétroliers situés en eaux profondes et ultra profondes d’une part, et pour la valorisation des grandes réserves de gaz situées loin des principales zones de consommation d’autre part. Fort de ses actifs, de son expérience et de ses savoir-faire, Technip est très bien placé dans ces deux domaines.

De nombreuses propositions sont actuellement en cours, notamment dans l’offshore profond en Afrique de l’Ouest, au Brésil et aux Etats Unis et dans les activités terrestres pour des projets liés au traitement de gaz, au Gaz Naturel Liquéfié, au Gas-to-Liquids (GTL), à la pétrochimie et aux centrales électriques. Technip s’attend à l’attribution de projets majeurs dans ces domaines au cours des douze prochains mois.

Le Groupe s’est fixé pour l’année des objectifs de croissance de 9 % pour son chiffre d’affaires, de 13 % pour son résultat opérationnel, et de 35 % pour son résultat net (avant amortissement des survaleurs).

« Sur l’ensemble de l’année, compte tenu de l’état d’avancement de notre tableau de marche, nous pensons que la réalisation de nos objectifs est à portée de main » a conclu Monsieur Valot, Président Directeur Général.